L’avenir de la Société des alcools du Québec (SAQ) est actuellement en jeu, alors que le gouvernement examine la possibilité de revoir son monopole partiel sur les vins et spiritueux. Une telle transformation comporterait des risques à plusieurs niveaux.

L’avenir de la Société des alcools du Québec (SAQ) est actuellement en jeu, alors que le gouvernement examine la possibilité de revoir son monopole partiel sur les vins et spiritueux. Une telle transformation comporterait des risques à plusieurs niveaux. C’est pourquoi la CSN mène une campagne pour contrer l’éventuel démantèlement de la société d’État, qui rapporte plus d’un milliard de dollars en dividendes à la société québécoise.

L’an dernier, la présidente de la Com­mission de révision permanente des programmes du gouvernement du Qué­bec, Lucienne Robillard, a remis en question la pertinence du modèle d’affaires de la SAQ et recommandé de la mettre en concurrence avec le secteur privé, comme l’ont déjà fait d’autres provinces avec des résultats fort décevants. Par la suite, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, semble avoir démontré son parti pris pour la privatisation en se disant ouvert à la libéralisation du marché des vins et spiritueux.

« Les dés semblent donc pipés, car la commission a refusé que le PDG de la SAQ se fasse entendre, tout en ignorant les études les plus récentes réalisées au Canada, rappelle Alexandre Joly, président du Syndicat des employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB–SAQ). La commission Robillard est arrivée avec des conclusions bidon sur l’efficience de la SAQ en la comparant avec la LCBO, son équivalent ontarien. Non seulement elle a utilisé des données dépassées, mais elle a comparé deux situations fort différentes. Elle n’a même pas considéré que la LCBO vend de gros volumes de bières commerciales, ce qui n’est pas le cas de la SAQ. Or, c’est beaucoup plus facile de vendre une caisse de bière qu’une bouteille de vin. »

Plus productive

En réalité, la productivité et les ventes globales de la SAQ ont augmenté de façon importante au cours des dernières années et les frais adminis­tratifs sont passés de 25 %, en 2005, à moins de 19 % aujourd’hui, ce que la commission semble avoir délibérément occulté. Malgré tout, elle accuse la SAQ de manquer d’efficience, laissant entendre que le secteur privé ferait mieux que la société d’État. Le modèle de privatisation albertain est souvent évoqué pour faire miroiter, à tort, des économies sur le prix et sur la diversité des vins offerts. Mais la seule étude retenue par la commission Robillard a été réalisée il y a 20 ans, soit quelques mois après la privatisation, alors que les plus récentes analyses qui démontrent que la privatisation a fait croître les prix à un rythme deux fois plus élevé qu’au Québec ont été ignorées. La CSN et le SEMB–SAQ ont d’ailleurs produit une vidéo qui démonte pièce par pièce l’argumentaire appuyant la privatisation de la vente d’alcool en Alberta.

La présidente du Syndicat du personnel technique et professionnel de la SAQ, Sandrine Thériault, souligne que le modèle privilégié par le gouvernement Couillard est celui de la Colombie-Britannique, où cohabitent mainte­nant le privé et le public. « Là-bas, au privé, les prix de l’alcool ont augmenté en moyenne de 10 % à 15 %. Mais en plus, le gouvernement subit une baisse de revenus annuels qu’il doit combler en augmentant les taxes. Il n’y a donc aucune logique à suivre cette formule. »

De son côté, le président de la CSN, Jacques Létourneau, rappelle que la SAQ est largement reconnue pour l’excellence de ses pratiques commerciales. « L’offre de produits de la SAQ est l’une des plus importantes au monde et l’on trouve des produits de qualité dans toutes les régions de la province, pas seulement dans les grands centres. De plus, il ne faut pas oublier toute l’expertise qu’elle a développée au fil des années et la qualité des services qui y sont offerts. » La SAQ n’a pas à rougir d’être aussi performante !