On est loin de la coupe aux lèvres pour répondre aux objectifs que le ministère de la Santé et des Services sociaux s’est lui-même fixés.

Afin de souligner la Journée Mondiale de la sage-femme, la Coalition pour la pratique sage-femme lance officiellement sa plateforme et son logo et en profite pour réitérer l’importance de mieux développer l’accès à cette pratique au Québec.

Ainsi, les 14 regroupements et instances nationales de la Coalition célèbrent aujourd’hui l’apport majeur de cette approche pour les futurs parents et leur nouveau-né en rappelant tous les bénéfices de ce suivi axé sur la continuité relationnelle, l’accouchement physiologique et le choix du lieu de naissance (domicile, maison de naissance ou centre hospitalier). Ils se réjouissent en outre de l’ajout de ce service dans les soins offerts en périnatalité au Québec, mais déplorent toutefois le nombre encore trop élevé de femmes et de familles du Québec qui doivent y renoncer, faute d’y avoir accès.

« Nous sommes fières de cette plateforme qui confirme les valeurs et les principes de la Coalition ainsi que les actions qu’elle mène depuis sa création en 1988 pour l’accès aux services de sage-femme et aux maisons de naissance, dans toutes les régions du Québec », souligne la coordonnatrice de la Coalition, Lorraine Fontaine.

Du travail reste à faire
La Coalition salue par ailleurs les récentes avancées en faveur du développement de la pratique, mais estime qu’il reste encore bien du travail à faire dans ce sens. « L’ouverture de la maison de naissance Jeanne-Mance à Montréal, l’agrandissement de celle de Gatineau ou encore l’annonce de services de sage-femme en Beauce sont de bonnes nouvelles, souligne Lorraine Fontaine. Cela dit, on est encore loin de la coupe aux lèvres pour répondre aux objectifs que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) s’est lui-même fixés d’ici 2018 pour augmenter l’accès aux services sage-femme pour l’ensemble de la population québécoise ».

Rappelons à cet effet que la Politique de périnatalité 2008-2018 ainsi que le Cadre de référence pour le déploiement des services de sage-femme stipulent explicitement la volonté du gouvernement de confier aux sages-femmes les suivis de maternité complets de 10 % des femmes d’ici 2018.

« On a l’impression de toujours se répéter, mais la réalité est que le nombre de femmes et de familles qui ont accès aux services d’une sage-femme est d’à peine 3 % par année en 2017. Plusieurs maisons de naissance comme celle de Côte-des-Neiges ne dérougissent pas. Ainsi, dans les faits, seule une minorité de Québécoises peuvent choisir le lieu et le modèle de leur accouchement, alors que 25 % des femmes en âge de procréer souhaitent accoucher avec une sage-femme. Tant que le gouvernement ne prendra pas des moyens concrets pour pouvoir assurer aux femmes qui le souhaitent la possibilité d’accoucher en dehors de l’hôpital, nous manquerons la cible , et ces moyens incluent de dénouer les multiples obstacles. Nous serons au rendez-vous ! » affirme Lorraine Fontaine.

Coalition pour la pratique sage-femme
La Coalition pour la pratique sage-femme milite pour l’accès aux services de sage-femme et aux maisons de naissance, dans toutes les régions du Québec, au sein du système public de la santé et services sociaux. La Coalition travaille pour que les sages-femmes puissent soutenir et protéger l’accouchement naturel et physiologique, en reconnaissant que les processus liés à la maternité appartiennent aux femmes.