La professeure de l'Université du Québec en Outaouais, Louise Briand a récemment été informée que la plainte contre elle avait été rejetée, mais sans explication!

En mai 2017, la Fédération des professionnèles (FP-CSN) a lancé une campagne pour dénoncer l’exclusion illégale de Louise Briand, professeure à l’UQO, du conseil d’administration de l’UQO et la plainte en déontologie qui a été logée contre elle.

En novembre 2017, la FP-CSN informait les personnes et groupes qui se sont joints à la campagne que la professeure Briand avait comparu devant le Comité de gouvernance et d’éthique du conseil d’administration de l’UQO le 6 septembre 2017 et qu’elle ne connaissait pas, plus de deux mois après sa comparution, la décision du comité, bien qu’elle ait contacté le président du comité à deux reprises.

À la suite des pressions à un plus haut niveau, coup de théâtre ! Le 21 décembre 2017, la professeure Briand a reçu une lettre du président du Comité de gouvernance et d’éthique stipulant que la plainte contre elle avait été rejetée, mais sans qu’aucune explication lui soit donnée !

La FP-CSN est d’avis que l’exclusion illégale de la professeure Briand, doublée d’une plainte en déontologie est une manœuvre d’intimidation qui vise à faire taire les voix discordantes. La FP-CSN se réjouit de cette issue positive et demeure persuadée que le rejet de la plainte n’est pas étranger à la mobilisation qu’a suscitée cette injustice.

La FP-CSN ne ménagera aucun effort pour dénoncer tout acte d’intimidation qui mine la liberté de parole, la collégialité et la représentation de la communauté interne dans les instances universitaires.

La Fédération des professionnèles (FP) compte parmi ses membres des personnes occupant un des plus larges éventails de disciplines et professions. La FP-CSN compte quelque 8 000 membres, dont 1 500 professeures et professeurs d’université.