Grâce à son entente de service avec la Fédération des professionnèles de la CSN en 2009, le RSFQ a reçu un soutien inégalé pour le 1er renouvellement de son entente depuis 2004, signée le 1er avril 2014.

Dans le cadre du processus de négociation, un des arguments récurrents de la partie patronale ayant freiné le bon déroulement des pourparlers était la supposée sous-performance des sages-femmes. Selon le MSSS, les sages-femmes ne faisaient pas autant de suivis complets de maternité[1] que ce que les contrats et budgets exigeaient.

Le MSSS a donc proposé de les soumettre à un exercice de reddition de compte, afin de mieux documenter leur « performance ». Cet exercice n’intimidait en rien le comité de négociation alors en place, confiant qu’il était de la performance des membres qu’il représentait. D’ailleurs, cet exercice a permis de prouver qu’elles atteignaient, voire dépassaient les cibles[2] et servira de levier pour la négociation en cours.

C’est donc lors de ces discussions qu’a émergé l’idée de projets d’organisation du travail. Ceux-ci venaient répondre à plusieurs irritants pour les sages-femmes, notamment au besoin de diminuer les heures de travail dédiées à des tâches administratives. De fait, une grande partie des heures supplémentaires qui étaient effectuées par les sages-femmes pouvait s’expliquer par une trop grande proportion de tâches non cliniques. Ainsi, une lettre d’entente et des budgets attachés ont été déployés afin de créer des projets d’organisation du travail (POT), dont la teneur serait déterminée par les sages-femmes.

Près de douze projets ont été soumis par les safi-photographie-le-boise-2015-1-17sages-femmes au comité paritaire consultatif, composé de deux membres du RSFQ et deux représentants du MSSS. À notre plus grande satisfaction, les deux parties se sont entendues pour tous les choix de projets. On peut dire que les POT ont été faits, par et pour les sages-femmes, dans leur meilleur intérêt, et ceci grâce à un accompagnement soutenu du MSSS.

Les projets retenus ont été les suivants :

  1. Projet d’optimisation du travail des sages-femmes en redistribuant les tâches non cliniques (Maison de naissance du Boisé, Blainville)
  2. Analyse et révision de l’organisation du travail des sages-femmes pratiquant dans les points de services (Maison de naissance de la Rivière, Nicolet)
  3. Projet VIA – Projet d’amélioration de l’interdisciplinarité et accessibilité des services sages-femmes pour la clientèle vivant en contexte de vulnérabilité (Maison de naissance de l’Estrie, Sherbrooke)
  4. Projet d’optimisation de l’organisation du travail de la Maison de naissance Mimosa avec l’approche Lean (Maison de naissance Mimosa, Lévis).

Étant donné que les projets ont duré un an, dont seulement six mois pour l’implantation, la négociation en cours vise notamment l’obtention de budgets pour assurer la pérennité et la transférabilité de ces projets prometteurs. Aux yeux du RSFQ, ces POT ont été pertinents et enrichissants; nous souhaitons poursuivre ce type de projets, car notre profession, légalisée en 1999, a tout à gagner d’une utilisation optimale des ressources sages-femmes.

Mounia Amine
Présidente
Regroupement Les sages-femmes du Québec

[1] Suivi complet : suivi de grossesse, présence à l’accouchement et suivi postnatal de la mère et du bébé jusqu’à 6 semaines de vie par la sage-femme.

[2] À l’exception de deux équipes de sages-femmes en implantation.