/ Secteurs /

Organismes gouvernementaux et sociétés publiques

La Fédération des professionnèles représente des syndicats d’organismes gouvernementaux et de sociétés publiques:

  • Syndicat des employé(e)s de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec (SECDPDJ-CSN)
  • Syndicat des professionnels de la RIO (SPRIO-CSN)
  • Syndicat du personnel technique et professionnel de la Société des alcools du Québec (SPTP-SAQ)
  • Syndicat des avocats de l’aide juridique Laurentides-Lanaudière
  • Syndicat des avocates et avocats de l’aide juridique de Montréal
  • Syndicat des avocats de l’aide juridique du Bas Saint-Laurent-Gaspésie
  • Syndicat des gestionnaires de premier niveau Aéroport de Montréal

Le SECDPDJ et le SPRIO se joignent à la négociation du secteur public pour les matières pécuniaires : salaires, primes, vacances, disparités régionales, retraite, conciliation famille-travail, droits parentaux, assurance collective (contribution des employeurs). À la FP, ces revendications sont convenues au bureau fédéral du secteur public (BFSP), auquel participent aussi les syndicats du secteur de la santé et des services sociaux.

Depuis quelque temps, le gouvernement examine la possibilité de revoir le monopole partiel de la Société des alcools du Québec sur les vins et les spiritueux. Une telle transformation comporterait des risques qui sont démontrés dans le site Notre SAQ, une campagne menée par la CSN, en collaboration, entre autres, avec le SPTP-SAQ, pour contrer l’éventuel démantèlement de cette société d’État, qui rapporte plus d’un milliard de dollars en dividendes à la société québécoise.

Aide juridique

La Fédération des professionnèles représente des avocats et avocates de l’aide juridique réunis au sein de trois syndicats. Les premiers syndicats d’avocats de l’aide juridique sont arrivés à la CSN en 1974 dans la foulée de la création, quelques années auparavant, de la Commission des services juridiques et de ses centres régionaux.

Le Syndicat des avocates et avocats de l’aide juridique de Montréal compte parmi les fondateurs de la Coalition pour l’accès à l’aide juridique. L’aide juridique a été créée en 1972 pour offrir aux personnes économiquement défavorisées l’accès à des services juridiques. À l’époque, les critères d’admissibilité étaient établis en fonction du salaire minimum. Avec le temps, cet accès a été réduit comme peau de chagrin. Créée en 2007 pour réclamer un accès accru à l’aide juridique, la Coalition pour l’accès à l’aide juridique regroupe 50 organisations et a recueilli l’appui de plus de 250 autres organisations. L’aide juridique a été arrimée, à compter du 1er janvier 2016, avec le salaire minimum, selon ce que réclamait la Coalition.

La présidence du secteur est assurée par Yanik Maheu (SPTP-SAQ).