Le comité de négociation du SPUQO demeure en attente d’une confirmation de la tenue de deux rencontres de conciliation proposées par le syndicat.

Ce mercredi, entre 12 h 30 et 15 h 30, les membres du Syndicat des professeures et professeurs de l’Université du Québec en Outaouais (SPUQO–CSN) débrayeront une troisième fois sur les deux principaux campus de l’UQO, à Gatineau et à Saint-Jérôme.

« Jeudi dernier, dans un courriel envoyé aux profs de l’UQO, directement en lien avec notre négociation qui se trouve actuellement dans une impasse, le recteur Denis Harrisson soulignait que c’est ” l’intérêt des professeurs et de l’UQO qui doit être au centre des discussions. ” Nous sommes très heureux de constater que le recteur reconnaisse enfin le point de vue que nous avons mis de l’avant, et ce, dès le tout début de cette négociation, à savoir que notre intérêt est entièrement indissociable de celui de l’UQO. Voilà pourquoi nous sommes impatients de recevoir des propositions qui, selon lui encore une fois, seront capables ” d’offrir un environnement de travail à la hauteur des ambitions et des attentes de chacun “», de préciser Louise Briand, présidente du SPUQO.

Le comité de négociation du SPUQO demeure également en attente d’une confirmation par la partie patronale de la tenue de deux rencontres de conciliation proposées par le syndicat les 6 et 8 février prochain.

« Nous avons tout aussi hâte de vérifier si les mandats qui seront confiés au comité patronal seront conformes aux déclarations du recteur. Nous avons pris connaissance de plusieurs communications de la part du recteur, des messages qui nous laissaient tous entrevoir qu’un règlement respectueux et équitable était imminent. Or, un écart important persiste entre les déclarations du recteur et les réponses qui nous sont données à la table de négociation. Pour nous, Denis Harrisson demeure toujours le seul intervenant qui puisse dénouer cette impasse, et, en ce sens, il doit tout simplement passer de la parole aux actes », de conclure madame Briand.

D’autres débrayages sont prévus et une autre assemblée générale syndicale aura lieu dans la semaine du 12 février 2018.

Le SPUQO compte environ 250 membres affiliés à la Fédération des professionnèles (FP–CSN).