La convention collective, d’une durée de trois ans, entrera en vigueur dès sa signature et elle définira les conditions de travail des 63 salarié-es de Québec solidaire.

Réunis en assemblée générale virtuelle le 29 janvier 2021, les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Québec solidaire (STTQS–CSN) ont entériné l’entente de principe conclue avec Québec solidaire. Cette entente marque un jour important dans l’histoire des relations de travail au Québec, car il s’agit de la première convention collective signée entre des élu-es de l’Assemblée nationale du Québec et leurs salarié-es.

La convention collective, d’une durée de trois ans, entrera en vigueur dès sa signature et elle définira les conditions de travail des 63 salarié-es de Québec solidaire. L’entente favorisera des relations de travail véritablement collaboratives entre les deux parties tout en assurant une participation directe des salarié-es sur plusieurs aspects. Celle-ci permettra également aux membres du STTQS–CSN de concilier travail et vie personnelle, sans nuire à l’efficacité du travail. Elle est ainsi la première convention collective au Québec à baliser le droit à la déconnexion.

« Nous sommes très fières d’avoir négocié cette entente historique avec nos employeurs. Pour la première fois dans l’histoire du Québec, le droit à la déconnexion est officiellement reconnu dans une convention collective. C’est un gain important pour l’ensemble des salarié-es de l’équipe solidaire qui évoluent dans des milieux où la charge mentale est très élevée », a déclaré Catherine Desjardins, présidente du STTQS–CSN.

Le STTQS–CSN a été fondé le 11 décembre 2018. Il est le premier syndicat qui regroupe les membres du personnel d’un parti politique du Québec. Le STTQS–CSN représente les salarié-es de Québec solidaire œuvrant dans les bureaux de circonscription et à l’Assemblée nationale du Québec.