La Journée de l'équité salariale au Canada, le 9 avril, est l'occasion de faire le point sur le lent progrès pour le maintien de l'équité salariale. Après 11 ans d'attente relativement à l'exercice de 2010, aurons-nous enfin de bonnes nouvelles cette année?

La FP–CSN a encore une fois fait ses devoirs en déposant un argumentaire très solide pour l’ensemble des professions pour lesquelles nous estimons que l’iniquité salariale persiste depuis l’exercice de maintien de 2010. Déjà 11 ans !

Le travail méticuleux de nos deux spécialistes, Noëmie et Justine, est impressionnant et très clair. Il sera maintenant examiné par les enquêteurs de la CNESST et ses commissaires trancheront sur la base de leur recommandation. Contrairement à la conciliation, c’est un processus réputé apolitique et qui est effectué par des experts.

Il est impossible de dire si cet exercice sera complété avant le 25e anniversaire de la Loi sur l’équité salariale, soit le 21 novembre prochain. Le gouvernement et son Conseil du trésor devraient néanmoins y trouver une source de motivation pour trouver les voies de passages nécessaires pour régler ce dossier qui traîne en longueur, au détriment des femmes.

Une femme aux commandes

Sonia Lebel est la 4e femme à occuper le poste de présidente du Conseil du trésor depuis l’adoption de la Loi sur l’équité salariale. Espérons que ce soit encore une fois une femme qui saura trouver un règlement honorable de l’équité salariale. Rappelons en effet que c’était une femme, Monique Jérôme-Forget, qui présidait le Conseil du trésor, en 2007, lors du premier versement de 1,7 milliard de dollars pour l’équité salariale. Elle avait renoncé à porter une décision en appel, ce qui ouvrait la porte à cet important versement et à des augmentations de salaire significatives. La présidente de la CSN de l’époque, Claudette Carbonneau, avait parlé d’une « grande page de l’histoire des femmes qui vient d’être écrite ».

La lutte continue sur plusieurs fronts

Le passé montre malheureusement que les délais peuvent être longs dans cette saga. Nous n’avons d’ailleurs pas encore de confirmation de l’employeur au sujet de l’affichage du maintien de l’équité salariale de 2020 qui est normalement prévu en juin prochain s’il n’introduit pas une nouvelle contestation.

Malgré les nombreuses embûches mises en place par le gouvernement au fil des années, la FP–CSN continuera de se battre jusqu’au bout, que ce soit pour le maintien de 2010, 2015 ou 2020.

Cet effort de longue haleine rend encore plus nécessaire la mise en commun de nos ressources à travers notre syndicat et notre fédération.

Des femmes désavantagées par la Loi sur l’équité

Il est pour le moins ironique que la CSN soit toujours en démarches judiciaires pour contester certains éléments de la dernière version de la Loi sur l’équité salariale qui désavantage les femmes ! En effet, lorsque le dossier de l’équité sera réglé et que le versement d’une importante rétroactivité sera décidé, la loi actuelle prévoit notamment que les femmes qui ont été en congé de maternité obtiendront en moyenne moins d’argent que leurs collègues masculins. Les congés de maternité seront en effet exclus du calcul si la loi reste telle quelle. Cette saga judiciaire se poursuit toujours.

Nous ne lâcherons pas !

Solidarité !

Le comité FP–CSN pour l’équité salariale